La montre est le détail qui tue (un style)... Ce n'est pas moi qui le dis mais notre experte ès-fashion, Isabelle Thomas, qui partage avec nous ses conseils d'amie.

Frédérique Veysset

Frédérique Veysset

Isabelle Thomas est une slasheuse par nature. Styliste personnelle (Une super styliste), auteur, coach en shopping, prof de mode, flic de penderie, journaliste, entre autres. C’est aussi une belle nature, de celles qui ne vous snobent pas parce qu’elles ont le style dans la peau (et le minois et la silhouette qui vont avec). Isabelle a érigé en sacerdoce le fait de rendre les autres filles mieux dans leur penderie. Pour chacune, elle crée une allure en appliquant sa propre devise « Ne ressemblez qu’à vous même ». « Le vêtement est thérapeutique, à condition d’être en accord avec la personnalité. », nous prévient-elle. L’âge, les diktats mode, la morphologie… Autant de faux problèmes. Le look est avant tout un état d’esprit et une forme d’attention aux belles choses.

Oui mais…. Tenue bien pensée, sac, chaussures, on frôle parfois le sans faute, quand une montre peut tout ruiner. On l’avait presque oubliée, et pour cause, cela fait si longtemps que notre smartphone l’a remplacée pour l’affichage de l’heure. Elle est à notre poignet pourtant, la montre en plastique simplement cheap et pas drôle, la montre de famille sèche comme un coup de trique qui appartenait à mamie, la montre d’entreprise au logo à peine discret, la montre qui croule sous le poids des carats, la montre morne, la montre énooooorme, la montre qui tout simplement jure avec ce que l’on porte ce jour là.

« Comme pour l’ensemble de la garde-robe, la montre ne doit pas constituer un problème », explique Isabelle. « Elle doit être simple et surtout évidente ». De façon générale, notre experte nous engage à choisir un modèle intemporel et surtout à faire attention à son origine et à sa fabrication car une montre doit bien vieillir. De son côté, Isabelle conserve toutes les siennes, même celles qui ne fonctionnent plus. Loin d’elle l’idée d’ignorer leur charge émotionnelle. Elle se souvient d’une montre Michel Herbelin, petite et discrète, offerte par ses parents le jour de ses 18 ans. « Je me la suis faite voler dans un hôtel en Australie. J’y pense encore, avec toujours un petit pincement au coeur ».

Que porte(rai)-t-elle aujourd’hui ? Isabelle aime – dans le désordre – la Tank de Cartier, la montre Isabel Marant en or éthique, les montres rigolotes chinées sur eBay ou dénichées au Japon comme sa « molaire » Cabane de Zucca, les petits cadrans qui se marient avec tout. Ses ultimes conseils en exclu pour Laur’loge: posséder au-moins deux montres, une sport ou décontractée, et une autre d’esprit masculine chic ou féminine et délicate selon son registre. Pour les autres questions existentielles – Polyester ou viscose ? Mixer les imprimés sans se tromper ? Marcher avec des talons ? Le kick flare, yes or no ? – rendez-vous bien sûr sur le blog d’Isabelle.

http://blogs.lexpress.fr/styles/mode-personnel/