Rendre un produit désirable, c’est tout un métier. Périlleux, l’exercice atteint parfois des sommets dans l’art de la sublimation subliminale.

En regardant l’actu horlogère sur un site de référence (www.worldtempus.com), mon attention est stoppée net par un partenariat avec une marque au joli nom. En un clic j’émigre sur son site et lance la vidéo pleine de promesses qui s’offre à mes yeux. Ongles carmin, packaging digne d’une essence précieuse, partition pour violoncelle… Je retiens mon souffle et découvre « en première mondiale » (sic) Les eaux du Joaillier, « Le meilleur et l’unique nettoyant éco-conscient » (re sic) pour bijoux. Il se pratique avec une brosse et une « serviette Haute Couture » (re re sic) pour un résultat « magique » (re etc).

Sa composition ? 5% d’agents de surface anioniques (j’aurais évité la référence peu glamour aux agents de surface mais cela n’engage que moi) mais surtout – SURTOUT – 95% d’eau puisée dans le Rhône qui prend sa source au coeur des Alpes… Pauvre fille que je suis qui n’a pas de nettoyant éco-conscient à l’eau des Alpes pour shampouiner élégamment ses joyaux. Non mais A l’eau, quoi ! (J’ai osé, c’est l’été).