Oui, il y a eu de jolies occasions de se réjouir lors de cette édition du GPHG. Ce fut le cas pour moi et c'est avec joie que je partage avec vous mes highlights de la soirée. Ainsi s'achève le feuilleton consacré au Grand Prix.

D’abord il y a eu cette cigarette que je n’ai pas fumée quand Chantal Thomass a dégainé son paquet et s’en est grillée une devant mon nez émoustillé. Nous avons papoté comme deux copines heureuses de se retrouver. Moment de grâce avec cette femme exquise, ravie d’être à Genève, ravie d’être jurée pour le Grand Prix, ravie de la vie.

Ensuite il y a eu cette présence féminine plus marquée. Le Prix du Meilleur Jeune Elève de l’Ecole d’Horlogerie de Genève attribué à une jeune fille prometteuse, Marion Grandjean, qu’il fera bon retrouver dans quelques années. Etonne-nous Marion ! Fais nous rêver ! Puis des femmes de tête se sont exprimées, comme Delphine Favier, Directrice Générale de Montblanc Suisse, dans une allocution musclée (offensive?). Ou encore mon coup de coeur, Aurélie Picaud, Directrice Horlogerie chez Fabergé. Elle fera l’objet d’une prochaine interview sur Laur’loge tant elle a de choses passionnantes à nous raconter. Rappelons enfin que Paola Pujia, Kim-Eva Wempe, Tina Zegg, Heekyung Jung ou encore Elizabeth Doerr étaient des jurés de la plus grande qualité aux côtés des incontournables ténors, Foulkes, Maillard, Ciejka & co. En horlogerie – comme en politique – le plafond de verre n’est pas brisé. Mais je n’en demeure pas moins une incorrigible optimiste.

La team Fabergé, Sean Gilbertson et Aurélie Picaud

La team Fabergé, Sean Gilbertson et Aurélie Picaud

Telle était la teneur également du discours de François Henry Bennahmias, CEO d’Audemars Piguet, pour qui « the best has yet to come » (le meilleur reste à venir). Et de rappeler que horlogers et maisons d’horlogerie méritent « le temps de la reconnaissance » pour l’incroyable qualité du travail et les efforts fournis.

Tim et Bart Grönefeld, les Fréro Delavéga de l’industrie (et frères pour de vrai), ont remporté le Prix de la Montre Homme avec une merveille de technologie, la 1941 Remontoir au mécanisme qui séduit les puristes les plus exigeants. Plus fort que le marketing, plus loin que le storytelling, leur présence formidable et leur énergie contagieuse ont suscité l’envie de mieux connaître leur Maison, même si à ce jour leurs créations s’adressent uniquement à un public masculin.

The Horological Brothers

The Horological Brothers

Le Prix de la Montre à Fuseaux Horaires a été attribué à la Fabergé Visionnaire TDZ dont le calibre a été conçu par el maestro, l’horloger Jean-Marc Widerrecht et son équipe talentueuse. Le mode d’affichage simultané est à la fois logique et intuitif. L’indication du second fuseau dans l’ouverture au centre est bluffante. La montre exerce une séduction puissante.

Fabergé Visionnaire DTZ

Fabergé Visionnaire DTZ

Enfin, joie encore de l’équipe de Czapek Genève, ou comment une campagne de financement participatif peut donner le jour à une montre de tradition, mouvement exclusif à la Maison, cadran émail Grand Feu, aiguilles Fleur de Lys en or noir ultra-fines à la beauté éthérée… Elle a reçu le Prix du Public qui ne s’y est pas trompé.

Quai des Bergues 33bis - Czapek

Quai des Bergues 33bis – Czapek

Quelle soirée !